L’Ukraine et la Géorgie seront membres, mais pas tout de suite

0 11
 
Les dirigeants de l'Otan réunis à Bucarest ont décidé jeudi au terme de discussions acharnées de s'engager à admettre la Géorgie et l'Ukraine dans leurs rangs mais leur ont refusé pour le moment le statut de candidat officiel que ces deux pays réclamaient, transmet l'AFP, citée par la Rompres.
 
Leur dossier sera revu en décembre par les ministres des Affaires étrangères de l'Alliance atlantique, ont décidé les leaders de l'alliance militaire occidentale, visiblement soucieux de ne pas donner à la Russie, hostile à l'expansion de l'Otan, un droit de veto implicite sur son élargissement.
 
"L'Otan salue les aspirations euro-atlantiques de l'Ukraine et de la Géorgie et les dirigeants de l'Otan se sont engagés à ce que ces deux pays deviennent un jour membres de l'alliance", a déclaré M. Jaap de Hoop Scheffer, lisant à la presse le texte du compromis.
 
Cet accord a fait l'objet de discussions jusqu'à la dernière minute entre les chefs d'Etat et de gouvernement des 26 pays membres, ont indiqué des diplomates, retardant même de plus de deux heures les délibérations du sommet.
 
Pour l'instant, ont-ils précisé, 'l'Otan poursuivra avec Kiev et Tbilissi un dialogue intensif pour suivre l'évolution des réformes' et 'la situation sera revue en décembre par les ministres des Affaires étrangères de l'Otan'.
 
La veille, lors du dîner d'ouverture, les dirigeants de l'Otan avaient échoué à s'entendre sur l'admission des deux pays dans l'antichambre de l'Otan, malgré une forte pression américaine.
 
L'octroi du statut de candidat était jugé prématuré par la France et l'Allemagne, qui ne souhaitent pas heurter de front la Russie déjà irritée par l'indépendance du Kosovo.
 
L'Allemagne, la France, qui emmenaient un groupe d'environ dix pays, estimaient que l'Ukraine et la Géorgie ne sont pas encore des démocraties assez mûres et stables pour l'Otan.
 
Durant deux jours, le président George W. Bush avait pourtant pressé ses alliés d'accueillir les deux pays dans le Plan d'action en vue de l'adhésion (MAP), ultime étape, sans garantie, avant une entrée à terme dans l'alliance.
 
La Géorgie a aussitôt qualifié d''historique' la promesse qu'elle deviendrait un jour membre de l'Otan en dépit de la décision du sommet de l'alliance de surseoir à l'octroi à Tbilissi du statut de candidat officiel.
 
"La décision a été prise d'accepter que nous avancions vers une adhésion à l'Otan et nous la considérons comme un succès historique", a déclaré à l'AFP le ministre géorgien à l'Intégration européenne Giorgi Baramidze.
 
La décision de l'Otan intervient à la veille d'une rencontre à Bucarest des dirigeants de l'alliance avec le président russe Vladimir Poutine, qui n'a cessé de dénoncer ce qu'il appelle un expansionnisme de l'Otan, transmet l'AFP, captée par la Rompres.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata