Une commission mixte roumano-italienne entamera lundi prochain des consultations

0
 
Une commission paritaire roumano-italienne entamera lundi prochain des consultations en vue de l'identification des modalités d'amélioration de l'application du décret-loi du gouvernement italien sur l'expulsion des ressortissants communautaires, de sorte à avoir la certitude que ces mesures ne visent pas une certaine nationalité ou ethnie, a déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur et de la Réforme administrative, Cristian David, qui a eu jeudi un entretien, à Rome, avec son homologue italien Roberto Maroni.
 
'Nous nous sommes mis d'accord, sur proposition du ministre roumain Cristian David, pour la création d'une commission paritaire entre les deux gouvernements pour résoudre les questions touchant à la circulation des personnes, sur la base des directives de l'Union européenne, avec l'objectif commun de garantir la légalité et de lutter contre l'illégalité', a déclaré M. Maroni.
 
Cristian David a affirmé que le ministre Maroni l'a assuré que toute modification qui pourrait apportée à ce décret-loi vise le renforcement de la capacité de réaction des autorités italiennes, aux fins d'assurer l'ordre public.
 
'Ce paquet de lois vise à garantir un climat de sécurité publique en Italie et il doit être traité comme tel. Nos efforts seront conjugués et nous n'avons aucune raison de croire qu'il serait dirigé contre une certaine ethnie ou nationalité. La loi doit être appliquée fermement en Italie', a souligné le ministre roumain de l'Intérieur.
 
Il a ajouté que deux choses ne sont pas négociables: le respect de la loi et le respect du droit à la libre circulation, que les Roumains ont acquis au moment de l'adhésion à l'UE'.
 
Le ministre David a affirmé que la Roumanie soutient fermement l'application de la loi, mais elle doit aussi s'assurer que la loi est appliquée d'une façon non discriminatoire et ne laisse pas la place à des abus.
 
Le ministre de l'Intérieur a également déclaré que le problème de la criminalité parmi les Roumains est généralisé.
 
'Je crois que ce sujet doit être traité avec responsabilité et sérieux et il doit être, en premier lieu, dépolitisé. Il y a eu une certaine rhétorique qui a exagéré ce sujet pendant la campagne électorale en Italie. (…) Ce n'est pas un problème aussi général que le laissent entendre certains reportages. La situation peut être contrôlée par les autorités italiennes en collaboration avec celles de Roumanie', a affirmé le ministre David.
 
Le ministre a rappelé que 800000 Roumains travaillent en Italie, 25000 compagnies italiennes déroulent des activités en Roumanie et 15-20000 compagnies roumaines sont implantées en Italie.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.