L’Alliance Antipauvreté demande la création d’une banque du pauvre

0
 
La mise en place d'une banque du pauvre et l'alignement des pensions sur la hausse des prix sont autant des demandes incluses en une pétition qui sera présentée vendredi au gouvernement, a déclaré jeudi à la Rompres, George Bogdan, président de l'Alliance Nationale Antipauvreté Roumanie 2008.
 
Le document demande aux administrations centrales et locales d'adopter des mesures censées améliorer le niveau de vie des personnes du 3e âge, ainsi que des mesures visant au développement des régions du pays les plus pauvres. L'Alliance demande au gouvernement et aux administrations locales d'appliquer d'urgence le Plan national de développement rural et montre que 22% des habitants du milieu rural contre 7% dans le milieu urbain sont affectés par la pauvreté.
 
Nous demandons la mise en place d'une banque du pauvre qui fonctionne quant à la manière d'accorder le crédit sur le modèle de succès de Grameen Bank, pour soutenir la formation de petits entrepreneurs issus des rangs des pauvres, des roms, des jeunes, des femmes en difficulté, dans les régions à haut niveau de pauvreté, est-il écrit dans la pétition de l'Alliance Antipauvreté.
 
Les auteurs de la pétition considèrent comme utile la création par la BEI d'un fonds de garantie au soutien des programmes nationaux en matière d'octroi de crédits et de micro-crédits pour les pauvres.
 
Promouvoir des investissements par des projets concrets, accompagnés de la création d'au moins 500 000 emplois, notamment, dans le milieu rural et dans les petites villes, pendant la période 2008 – 2012 est une autre demande de l'Alliance Antipauvreté.
 
En outre, l'Alliance s'arrête sur la nécessité d'avoir un programme spécial visant à encourager la création, durant les cinq ans à venir, d'au moins 20 000 petites et moyennes entreprises dans le milieu rural et les petites villes. Elle demande aussi un paquet de mesures destinées à venir en aide aux familles qui ont beaucoup d'enfants.
 
Les membres de l'Alliance Antipauvreté avertissent le gouvernement et les partis politiques de ''la détérioration du niveau de vie et la dégradation du pouvoir d'achat chez la population à la suite des hausses répétées des prix de l'électricité, du gaz, des combustibles, des aliments et des services''. Ils disent que quelque 4 millions de Roumains vivent de moins d'un dollar par jour et que 30% du nombre total des employés touchent moins de 700 lei par mois (soit environ 200 euros).
 
La pétition est signée par sept fondations et fédérations syndicales et par le Parti de l'Alliance socialiste.
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.