Revue de presse (vendredi, 5 sept)

0
 
La poursuite du procès Roumanie contre Ukraine à La Haye, la réunion annuelle de la diplomatie roumaine et les sollicitations adressées aux diplomates par le ministre des Affaires étrangères Lazar Comanescu, le rejet par le Conseil Suprême de la Magistrature (CSM) de la proposition du ministre de la Justice Catalin Predoiu de nommer à la fonction de chef de la Direction Nationale Anti-Corruption (DNA) le procureur Monica Serbanescu sont les principaux thèmes abordés vendredi par les quotidiens roumains.
 
Les défenseurs de la Roumanie devant la Cour internationale de Justice (CIJ) ont soutenu, jeudi, à La Haye, que l'Ukraine n'a pas droit à une zone économique exclusive autour de l'Île des Serpents, puisque celle-ci n'est pas habitée, les prétentions de Kiev devant se limiter à partager avec la Roumanie le plateau continental en ignorant "le rocher", relève Ziarul financiar dans l'article "L'Ukraine n'a pas un droit exclusif sur les ressources autour de l'Île des Serpents".
 
Hier, dans la troisième journée des plaidoiries devant la Cour internationale de Justice de La Haye, la partie roumaine s'est attachée à démontrer que l'Île des Serpents n'est qu'un rocher, n'étant pas habitée, comme le soutient la partie ukrainienne – aspect fort important dont dépend le mode de partage avec l'Ukraine des droits d'exploiter les ressources de la mer Noire, estimées à présent à 100 milliards de mètres cubes de gaz naturels et à 100 millions de tonnes de pétrole brut.
 
Titrant "Comanescu : Les diplomates doivent être des 'trend spotter' des affaires roumaines", la publication Business Standard publie les déclarations du ministre des Affaires étrangères Lazar Comanescu à l'issue de la réunion annuelle de la diplomatie. Selon le ministre cité, les diplomates roumains doivent être "des activistes du marketing" et des "trend spotter" et ils doivent combattre, arguments à l'appui, les spéculations sur "un possible hard landing et overheating de l'économie roumaine".
Le ministre Comanescu a également parlé du besoin d'avoir "une stratégie sur la diplomatie économique de la Roumanie" permettant une représentation plus adéquate des intérêts de la Roumanie à l'étranger.
 
"Putsch manqué contre Morar", titre le journal Ziua au sujet du rejet, jeudi, par quatre voix "contre", par la section des procureurs du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) de la proposition du ministre de la Justice, Catalin Predoiu, de nommer à la fonction de chef de la DNA le procureur Monica Serbanescu.
 
A l'annonce de ce rejet, Catalin Predoiu s'est limité à déclarer que "la solution adoptée par le CSM n'est pas appropriée et n'est pas dans l'intérêt de la DNA à long terme". Il a également affirmé ne pas pouvoir s'expliquer le rejet de la candidature de Monica Serbanescu.L'avis du CSM est consultatif.
 
Le procureur général de la Roumanie, Codruta Kovesi, a déclaré avoir voté contre la nomination de Monica Serbanescu, laquelle ne remplit pas, à son avis, les conditions professionnelles pour être chef de la DNA et qui ne l'a pas convaincue de son projet de management présenté lors de l'audition. Selon Codruta Kovesi, la nomination du chef de la DNA doit tenir compte également de la compatibilité du programme du candidat avec les desiderata du Procureur général de la Roumanie, le coordonnateur de cette structure du Parquet.
 
Titrant "Le Président accuse de nouveau le Gouvernement au cas des inondations", le quotidien Ziarul financiar relève que le président Traian Basescu a apprécié jeudi à Radauti-Prut, au département de Botosani (nord-est de la Roumanie), comme irréaliste la date de 21 novembre établie comme délai pour la reconstruction des maisons détruites par les inondations (qui ont sévi en juillet-août derniers). Il a accusé le Gouvernement "de se moquer des gens". La date de 21 novembre établie comme délai pour la reconstruction des maisons me semble irréaliste… Une implication maximum de l'administration centrale est nécessaire, car elle a aimé que tout soit centralisé et elle doit oeuvrer à résoudre le problème", a affirmé Traian Basescu.
 
Le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu a demandé mardi aux secrétaires d'État responsables de la reconstruction des maisons de se rendre sur le terrain, après la séance de mercredi du Gouvernement, pour vérifier directement les travaux et présenter des rapports hebdomadaires sur le stade des projets.
 
La Roumanie pourrait devenir exportateur net, selon Business Standard, qui publie les données d'un rapport élaboré par Banca Comerciala Româna (BCR).
Le rapport de la BCR apprécie que la majoration du poids des investissements dans l'agriculture et l'industrie peut modifier la structure de la croissance économique à long terme de la consommation vers l'exportation nette positive. Cela peut se produire parallèlement à la réduction des investissements dans le domaine des services et du commerce.
 
Le rapport part d'une analyse de la structure des investissements par activités de l'économie nationale. Ainsi, on peut constater l'accroissement du poids des investissements effectués dans l'agriculture (de 1,6 au Ier semestre de 2007 à 4,8% au Ier semestre de 2008) et dans l'industrie (de 35,4% au Ier semestre de 2007 à 36,3% au Ier semestre de 2008). Parallèlement, une baisse du poids des investissements dans le commerce et les services a eu lieu.
 
La commission juridique du Sénat a adopté jeudi un amendement à la Loi 303/2004 aux termes duquel les procureurs en chef de la DNA, de la DIICOT et du Parquet ICCJ ne sont plus nommés par le chef de l'État, mais par la réunion plénière du CSM, à la proposition du ministre de la Justice, avec l'avis de la Section des procureurs du CSM, annonce Ziarul financiar, en titrant "Le Sénat enlève à Basescu le droit de nommer les chefs des procureurs".
 
L'application du nouveau règlement de la Banque Nationale de Roumanie (BNR) pourrait entraîner en 2009 une baisse de l'inflation, du déficit commercial et la croissance économique, selon Adevarul, dans l'article "Les effets des nouvelles normes de crédit sur l'économie".
Le journal estime que l'application des normes de crédit, début octobre, aura un effet immédiat sur les revenus de la population, alors que son effet sur l'économie sera ressenti l'année prochaine à peine.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.