Revue de presse (18 sept)

0
 
La crise financière internationale et ses effets sur la Roumanie, vus par les autorités de Bucarest, le bilan du cabinet Tariceanu, la majoration des pensions de retraite dès le 1er octobre prochain, l'enterrement du grand acteur Stefan Iordache sont les principaux sujets abordés ce jeudi par les quotidiens bucarestois.
 
'Comment la Roumanie sera-t-elle affectée par la crise financière internationale?', se demande Romania libera, répondant: 'la vulnérabilité de l'économie roumaine: la volatilité du leu, le renchérissement du financement extérieur et la baisse de la valeur des actions cotées à la Bourse'.
 
Selon le quotidien cité, la crise financière internationale se prolongera probablement jusque l'été prochain, la Roumanie pouvant être affectée dans cette période indirectement par le renchérissement du financement étranger, les mouvements brusques de la monnaie nationale et la baisse de la valeur des actions cotées à la Bourse. 'Les déséquilibres extérieurs, visibles déjà, de notre économie aggravent la situation, mais les taux d'intérêts hauts auxquels se financent les banques roumaines de la Banque nationale de Roumanie (BNR) pourraient apaiser les effets négatifs', écrit le journal mentionné. Les analystes questionnés par Romania libera estiment pourtant que la Roumanie, aux côtés d'autres pays émergents de l'Europe centrale et de l'Est, pourraient gagner des investissements extérieurs directs parce que les investisseurs étrangers réviseront leurs budgets et coûts.
 
Le journal relève aussi que les agences de notation ont des opinions partagées visant les chances de la Roumanie d'éviter une crise économique majeure. 'Le principal problème de la Roumanie est le grand déficit du compte courant, dont la croissance ne pourra plus être soutenue longtemps, est d'avis l'analyste de l'agence de notation Fitch', informe le journal mentionné.
 
'La crise mondiale est vue avec relâchement de Bucarest', titre le quotidien Adevarul, relevant que dans la capitale de Roumanie 'les choses sont vues bien plus légèrement' par le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu, qui assure nettement que 'l'économie roumaine n'en sera pas affectée'. De plus, on invoque une appréciation – 'Elle pourrait avoir éventuellement des effets positifs, parce qu'une série d'actifs immobiliers des USA seront meilleur marché et des Roumains pourraient être prêts à les acheter'.
 
'L'atmosphère relâchée est généralisée à Bucarest. Des officiels du ministère des Finances, avec en tête Varujan Vosganian, ont annoncé que la Roumanie pourrait commencer le prochain mois à emprunter des marchés internationaux. Une annonce qui relève un besoin désespéré d'argent, que les investisseurs taxeront sollicitant des primes de risque plus grandes de la Roumanie', informe le journal cité.
 
'Le Premier ministre a présenté hier le bilan du cabinet qu'il dirige depuis quatre ans: pensions et salaires majorés, emplois créés, croissance du PIB', écrit Evenimentul Zilei. Bref, 'la réalisation de 95% des objectifs assumés par le programme de gouvernement'. M. Tariceanu a évité à préciser les principaux échecs de l'administration: 'les grandes réalisations de l'infrastructure, qui sont encore en stade de projets'.
 
'Nous avons réussi, la première fois après la révolution (décembre 1989 – ndlr) à porter les pensions à un niveau décent, les avons doublées et, dès le 1er octobre prochain, le gouvernement effectuera une nouvelle majoration, de sorte que le point de pension atteindra le niveau envisagé. Nous avons crû le salaire minime brut par économie et le salaire moyen brut. Nous avons également accru les pensions des agriculteurs', a résumé le Premier ministre les réalisations de son cabinet.
 
Abordant le même sujet, Ziarul Financiar écrit, sous le titre 'Tariceanu s'est donné une grande note à l'économie', que 'le Premier ministre a expliqué que le gouvernement avait évité de promettre trop pendant son mandat, se limitant à ce que les réalités économiques permettaient'.
 
Se référant à l'évolution de l'économie, il a affirmé que la Roumanie pourrait enregistrer cet an une croissance économique d'environ 9%, après qu'au premier semestre l'avance du PIB avait atteint 8,8%, record absolu après 1989.
 
'L'économie de la Roumanie a des chances de croissance d'environ 9% en 2008, selon les estimations de la Commission nationale de Prévisions, et nous sommes le pays avec la plus grande avance du PIB en Europe. Grâce à la croissance économique, les recettes du budget général consolidé pour 2008 se rapprochent du niveau de tout le PIB du pays de 2003', a dit M. Tariceanu.
 
'La croissance économique compte parmi les trois objectifs que le gouvernement a assumés, aux côtés du bien-être et de l'intégration européenne', souligne le quotidien cité.
 
Dans l'article 'Les pensions augmentent dès le 1er octobre', le journal Business Standard annonce que les pensions croîtront à partir du 1er octobre prochain, chose dont ont décidé mardi soir, au Palais de la Victoire (siège du gouvernement), le Premier ministre Tariceanu et les représentants du Parti social démocrate (PSD, opposition). Le chef de l'exécutif a accepté le terme proposé par le PSD pour la croissance des pensions et le parti de Mircea Geoana a renoncé à déposer une motion de censure.
 
Dans l'article intitulé 'Transfert budgétaire de 380 millions d'euros pour la majoration en avance des pensions', Ziarul Financiar relève que le ministre du Travail, Paul Pacuraru, a déclaré mercredi que la majoration du point de pension dès le 1er octobre prochain supposait un transfert du budget d'État de 1 370 millions de lei (soit 380 millions d'euros), ces sommes ayant été prévues dès 2007, lorsque le budget avait été voté.
 
Le ministre a précisé que la majoration du point de pension à partir du 1er novembre aurait été faite sans le transfert de sommes du budget d'État, parce que le budget des assurances sociales l'aurait permis. M. Pacuraru a ajouté que la majoration en avance de trois mois du point de pension sera faite dans les conditions d'une décision politique. Il précise que, si la majoration est faite dès le 1er octobre, la décision politique se fonde sur les résultats économiques en cours, le support financier existant par transfert du budget d'État.
 
Sous le titre 'Les logements reviennent au prix de 2006', le journal Adevarul signale que les appartements anciens de quartiers bucarestois tels Militari, Pantelimon ou Rahova sont les plus affectés par les turbulences du marché immobilier. Les spécialistes sont d'avis que l'an prochain les habitations de ces zones ne dépasseront plus le seuil de 1 500 euros/m2.
 
'La dernière chanson pour Stefan Iordache', titre Evenimentul Zilei, précisant que l'acteur Stefan Iordache a été enterré mercredi, avec des honneurs militaires, au cimetière de Gruiu (sud). 'Des centaines de personnes, depuis des personnalités à des gens ordinaires, ont accompagné Stefan Iordache jusqu'au tombeau…Calafat, la ville où Stefan Iordache naquit et a passé son enfance, était en deuil: des centaines d'habitants de la localité ont allumé des chandelles à la mémoire du grand disparu', écrit le quotidien mentionné.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.