Revue de presse (8 jan)

0
 
L'arrêt des livraisons de gaz à la Roumanie à la suite de la dispute gazière russo-ukrainienne et les préoccupations des autorités roumaines pour dépasser la période de pénurie, la finalisation du projet du budget d'État pour cette année, la demande adressée par les ressortissants roumains de Grande-Bretagne au Premier ministre Gordon Brown de lever les restrictions frappant les travailleurs roumains sur le marché britannique, les discussions entre les syndicats et les représentants du gouvernement sur la crise économique sont les principaux sujets abordés par les quotidiens bucarestois.
 
Les livraisons de gaz russe à la Roumanie ont été totalement interrompues mercredi matin, par la suspension de l'approvisionnement par le terminal de Mediesu Aurit (département de Satu Mare, nord de la Roumanie). Le ministre de l'Économique, Adriean Videanu, a institué dans ce contexte "la situation d'urgence", écrit Business Standard dans l'article "Situation d'urgence dans l'énergie, mais notre situation est meilleure que celle de nos voisins".
 
Selon les dernières déclarations des autorités, la Roumanie peut résister sans les importations de gaz russe entre 60 et 80 jours en raison de la production interne supplémentée et des quantités stockées.
 
Se référant au même sujet, Romania Libera écrit que le président Traian Basescu a eu mercredi un entretien téléphonique avec le Premier ministre russe Vladimir Poutine, se déclarant "extrêmement préoccupé" par la coupure des livraisons de gaz.
"La réaction de la Roumanie semble exagérée dans les conditions où les réserves de gaz tiennent plus que la durée de la crise. Le Premier ministre Emil Boc a confirmé que la Roumanie peut tenir cet hiver sans le gaz russe", note Romania Libera.
 
Le budget d'État sera finalisé avant la fin de janvier, écrit Romania Libera citant la déclaration du ministre des Finances, Gheorghe Pogea. Le ministre a précisé que la priorité numéro un sera les investissements publics afin de compenser la chute économique. La semaine prochaine, après une analyse des fonds disponibles du budget, l'exécutif décidera si les salaires des enseignants et du personnel médical seront majorés, si la valeur du point de retraite sera augmentée et si les promesses électorales seront tenues.
 
"Une croissance économique de 3,5%, un déficit budgétaire de 1,7-2%, une inflation moyenne annuelle de 5,3%, un taux de change de 4 lei/euro, des exportations de 4,7% et un déficit du compte courant de 10,5%", ce sont les estimations du gouvernement pour 2009, selon un communiqué du ministère des Finances publiques (MEF) et des données de la Commission nationale des prévisions (CNP), écrit Business Standard.
 
"Les estimations du gouvernement sur l'évolution de l'économie au cours de cette année ne sont pas du tout optimistes, selon les données citées. Conformément à ces données, le gouvernement prévoit un fort ralentissement de la balance commerciale, sur un volume des exportations de 4,7%. Plus encore, même cette croissance, qui est de beaucoup inférieure à celle de 2008, est considérée par les économistes comme beaucoup plus optimiste ou impossible à réaliser", note le journal cité.
 
Une association des Roumains de Grande-Bretagne a adressé au Premier ministre britannique, Gordon Brown, une demande sollicitant la levée des restrictions imposées aux travailleurs roumains sur le marché de l'emploi britannique, écrivent les quotidiens bucarestois citant le site officiel du Premier ministre britannique. Conformément aux réglementations actuelles, le gouvernement britannique traite les travailleurs roumains d'une façon différenciée par rapport aux autres citoyens de l'UE, est-il dit dans le message qui demande la levée de ces restrictions dans les meilleurs délais.
 
Dans le message de réponse, l'officiel britannique précise que "la Grande-Bretagne a soutenu l'adhésion de la Roumanie à l'UE et qu'elle continue de soutenir l'intégration de celle-ci". Romania Libera, Business Standard, Adevarul, Evenimentul Zilei écrivent que les syndicats, les patronats et les représentants du gouvernement ont débattu mercredi de la modalité de surmonter cette crise économique et la reprise du dialogue avec les partenaires sociaux.
 
Les syndicats se sont vus rassurer que le programme anti-crise à court terme serait négocié par les gouvernants avec les partenaires sociaux et serait soutenu par le projet de budget. Au début de la semaine prochaine, toutes les parties impliquées se rencontreront pour établir le programme anti-crise et finaliser le projet de budget, selon Dumitru Costin, président du Bloc national syndical (BNS).
 
Le ministre du Travail, Marian Sarbu, a déclaré qu'il souhaitait reprendre le dialogue social qui "a cloché ces quatre dernières années" et qu'il voulait que le Conseil économique et social (CES) ait une importance accrue dans la prise des décisions. Les autorités concluront un accord avec les partenaires sociaux à plus long terme, visant les mesures de stabilité économique et sociale sur quatre ans afin de pouvoir surmonter la crise.
 
La cible de l'inflation pour 2010 est estimée à 3,5% – 4,5%, informe Financiarul. "Le taux de change a dépassé 4,1 lei/euro sur le marché interbancaire. La protection du leu par le maintien du taux directeur réduit le risque d'une flambée de l'inflation. Cependant, les analystes tablent sur un taux de change de 4,2 lei/euro à la fin du premier semestre de l'année. La cible de l'inflation de la Banque nationale de la Roumanie (BNR) pourrait être en 2010 de 3,5% – 4,5%", selon le journal cité.
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.