Revue de presse (9 jan)

0
 
La presse bucarestoise de vendredi se penche sur la participation du président roumain Traian Basescu à la séance pendant laquelle le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a fait le bilan de son activité en 2008, le soutien que la Banque Nationale de Roumanie (BNR) envisage d'accorder aux politiques gouvernementales. La presse présente aussi à la une de nouvelles données concernant la question du gaz naturel et l'évacuation de quatre familles roumaines de la Bande de Gaza.
 
Le président Traian Basescu a critiqué jeudi les magistrats en raison de l'échec enregistré quant à l'enlèvement de la surveillance exercée par la Commission européenne dans le domaine de la justice, mais aussi pour leur insistance dans des questions telles le cumul de la pension de retraite avec le salaire et l'obtention de hausses salariales sur la base des arrêtés judiciaires, note Romania Libera.
 
"Nous ne réussissons pas à mobiliser le système afin d'éviter une série de risques pour la Roumanie. C'est indamissible!", a dit le chef de l'Etat, cité par la presse bucarestoise.
Traian Basescu a présidé, en conformité avec les dispositions de la Constitution, la séance pendant laquelle le Conseil Supérieur de la Magistrature a présenté le bilan de son activité en 2008. Le CSM a élu à cette même occasion sa nouvelle direction.
 
Depuis la tribune de la réunion, le président Basescu a présenté les objectifs pour cette année dans la matière : parvenir l'été prochain à la suppression du mécanisme de vérification et de contrôle en justice, créer les conditions propices à l'entrée en vigueur du Code pénal, du Code civil et des deux codes de procédure. Selon Traian Basescu, ces quatre Codes doivent être adoptés avant la clôture de la première session du nouveau Parlement au mois de juin 2008 et le Gouvernement devra assumer ses responsabilités à cet égard.
 
"La Banque Nationale de Roumanie soutiendra les politiques du Gouvernement qui visent à encourager la croissance économique en 2009, à condition que l'inflation n'en soit pas affectée", écrit le quotidien Financiarul dans un article intitulé "La Banque centrale soutient, non pas sans conditions, les politiques du gouvernement Emil Boc".
 
Le Premier ministre roumain Emil Boc s'est entretenu jeudi avec le gouverneur de la BNR, Mugur Isarescu, sur le thème des projets macroéconomiques et du projet de budget d'Etat 2009. M. Isarescu a exprimé la disponibilité de la Banque centrale de se tenir aux côtés du Gouvernement dans ses actions censées encourager la croissance économique en 2009.
 
Selon M. Isarescu la crise économique internationale rend inévitable l'ajustement du déficit du compte courant et les mesures qui seront adoptées devront tenir compte de la nécessité que cet ajustement n'affecte pas beaucoup la croissance économique et qu'il se fasse sans que l'inflation en soit de nouveau enflammée et sans une baisse du niveau de vie.
 
Emil Boc a déclaré avoir mené une discussion ponctuelle avec le gouverneur de la BNR, qu'il avait montré à cette occasion les priorités du Gouvernement pour l'année courante, parmi lesquelles la création de nouveaux emplois, l'encouragement du milieu d'affaires, l'absorption des fonds communautaires, les investissements publics dans l'infrastructure, comme une modalité alternative de création d'emplois, la nécessité d'éviter les dérapages et l'approfondissement des différences sur le plan social.
 
Par ailleurs, Emil Boc a déclaré avoir abordé d'autres questions dont l'harmonisation des politiques budgtaires et fiscales avec les politiques monétaires. Le ministre des Finances, Gheorghe Pogea, a participé à son tour à cet entretien.
 
Pendant la réunion, Emil Boc a demandé l'aide du gouverneur de la BNR pour la mise en place d'un Conseil Economique Consultatif, annonce aussi la presse.
Quatre familles roumaines (soit 20 personnes au total) ont quitté jeudi la Bande de Gaza, par le poste-frontière d'Erez, note Romania Libera. Le départ des quatre familles fait partie d'une action plus ample qui a pour but l'évacuation de 250 citoyens étrangers et palestiniens ayant la double nationalité, action organisée avec le soutien du Comité International de la Croix Rouge, avec l'approbation de l'Etat d'Israël.
 
Le journal Ziua se penche sur le même sujet et note pour sa part que 69 ressortissants roumains dont 23 personnes adultes et 46 enfants mineurs ainsi que 12 citoyens palestiniens avaient demandé jusqu'au jeudi 8 janvier le soutien de l'Ambassade de Roumanie à Tel Aviv afin de quitter la zone du conflit. Ziua cite les données fournies par le ministère des Affaires étrangères (MAE).
 
"L'Etat propose 10 000 permis de travail pour des étrangers", écrit Business Standard. Le nombre d'ouvriers de l'extérieur de l'UE qui pourront se faire embaucher en Roumanie pourrait se monter cette année à 10 000, en conformité avec un projet d'arrêté gouvernemental, proposé par le ministre roumain du Travail, Marian Sarbu.
 
La note de justification précise que cette décision a été adoptée vu "les prévisions concernant la crise financière actuelle qui touche aussi la Roumanie, l'évolution de la crise économique en Italie et en Espagne, soit des pays dans lesquels l'émigration roumaine est très importante", ainsi que le déficit de main d'oeuvre de Roumanie, soit 50 000 ouvriers environ.
 
La dépense de gaz naturel de la Roumanie est couverte entièrement par la production interne et par le gaz stocké, alors que les centrales thermiques qui utilisent des combustibles alternatifs une fois les importations de gaz russe arrêtées fonctionnent normalement, écrit Business Standard, en citant un communiqué du ministère de l'Economie.
 
Le même journal cite aussi le maire général de Bucarest, Sorin Oprescu, selon qui la Capitale n'a pas de problèmes en ce qui concerne son approvisionnement en gaz, les réserves pouvant couvrir sa consommation entière le long de 60 jours. M. Oprescu a également déclaré que les tarifs de l'électricité n'augmenteraient pas à Bucarest.
 
"La Dacia diminue de 50% sa production en 2009", titre Business Standard. En insérant une déclaration de Dumitru Costin, président du Bloc national syndical, le journal montre que la société Automobile Dacia portera à 200 000 unités contre 400 000 comme prévu sa production en 2009, à la suite d'un baisse abrupte des ventes, sur le marché interne et externe".
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.