Revue de presse (14 jan)

0
 
Les quotidiens bucarestois de mercredi présentent les récentes évolutions de la scène politique, ainsi qu'une série d'analyses, commentaires et informations du domaine économique-financier, les principaux sujets visant le programme anti-crise proposé au gouvernement par les partenaires sociaux, la baisse du taux d'inflation en 2008 et les prévisions pour le marché du bâtiment en 2009.
 
"Une démission pour la paix de la coalition" (Adevarul), "Oprea a démissionné à temps" (Cotidianul), "La démission de Oprea maintient le Parti social démocrate au pouvoir" (Romania libera) et "La démission sauve la coalition au pouvoir" (Ziua) sont quelques titres d'articles qui présentent les conséquences de la décision du ministre de l'Intérieur, Gabriel Oprea, menacé du retrait du soutien politique après avoir nommé à la tête du service secret de l'Intérieur (DGIPI – Direction générale d'Informations et Protection interne) le questeur Virgil Ardelean, sans avoir l'approbation de la direction du PSD.
 
"Le président Traian Basescu sort du tiroir le rapport de la Commission présidentielle d'analyse du régime politique et constitutionnel, sur la base duquel il devrait lancer officiellement le débat sur la modification de la loi fondamentale", écrit Evenimentul Zilei.
 
Selon le quotidien Financiarul, la commission présidentielle a à sa tête le professeur Ioan Stanomir et a été créée pour rédiger un document qui "identifie les limites politiques et constitutionnelles du régime de gouvernement et suggère le cadre du débat sur la révision de la Constitution et la réorganisation institutionnelle de l'État roumain".
 
Cotidianul relève pour sa part que "le projet présidentiel de modification de la Constitution, qui pourrait mener à la croissance du pouvoir du chef de l'État, sera présenté mercredi au Palais de Cotroceni".
Les leaders de l'Union démocratique magyare de Roumanie (UDMR, opposition) se disent inquiets que "les spécialistes" de la formation pourraient être remplacés "selon des critères politiques" à la direction d'institutions, informe le journal Gândul.
 
"Nous avons reçu des signaux d'inquiétude en ce qui concerne les spécialistes hongrois présents dans la direction de diverses institutions, selon lesquels, éventuellement, ces spécialistes tomberont victimes à des critères politiques. Cette chose ne s'est pas encore passée, mais des inquiétudes existent à cet égard", a affirmé le président de l'UDMR, Marko Bela.
 
"Le taux d'inflation a baissé l'an dernier à 6,3%", titre le quotidien Financiarul, soulignant ainsi la recul face à 2007, lorsqu'on a atteint le niveau de 6,5%.
Mais l'évolution, due à la baisse du prix des combustibles de 3,86%, a été inférieure aux attentes des analystes, la Banque nationale de Roumanie (BNR) manquant la cible d'inflation pour 2008, de 3,8%, ajoute le journal mentionné.
 
En 2008, la pointe inflationniste a été enregistrée en juillet (9,04%) – le niveau le plus haut des 3 derniers ans et, dans le top des hausses de prix de 2008, dressé par Ziarul Financiar, la première place est occupée par les gaz naturels dont le prix a crû de 22,01%, plus que le double de la hausse du tarif de l'énergie thermique (10,1%) et presque 5 fois plus que le prix de l'électricité (4,515).
 
La seconde place dans le classement des croissances de prix est occupée par le secteur alimentaire, le prix moyen au fromage enregistrant en 2008 une hausse de 20%, suivi par le prix du lait de vache (19,29%) et le prix de l'huile (18,10%).
Les principales mesures anti-crise à l'attention du gouvernement sont présentées dans les quotidiens Adevarul et Romania libera, qui précisent qu'il s'agit de propositions faites par les patronats, les syndicats et les banquiers.
 
Selon le journal Adevarul, a été proposé un moratoire de 2 ans visant l'exécution forcée des garanties immobilières de la population pour les crédits bancaires destinés à l'achat ou à la construction de logements.
 
Une autre mesure censée contrecarrer les effets immédiats de la crise vise la diminution du taux de la réserve minime obligatoire constituée par les banques commerciales, ainsi que la réduction de 2% du taux des intérêts à la facilitation de crédit accordée par la banque centrale aux banques commerciales.
 
D'autres mesures de soutien de l'économie supposent la création d'un fonds de crise d'un milliard d'euros pour l'octroi de crédits aux PME, ainsi que la création d'un fonds d'un milliard d'euros pour la garantie de 50% des crédits bancaires accordés pour la poursuite des investissements du pays.
 
Selon le quotidien Romania libera, "les analystes considèrent avec scepticisme la vague de propositions anti-crise parce que celles-ci reprennent des thèmes anciens, ne sont pas suffisamment argumentées et ne se fondent pas sur un calcul économique".
 
"Une grande partie des propositions ne sont pas faisables. Il est évident que toutes les idées du tiroir ont été recueillies. Les choses sont plus graves et on ne saurait lutter ni par les fonds du budget, ni par des mesures protectionnistes pour résoudre les problèmes qui apparaissent parce que la moitié de l'exportation n'a plus de commandes, par exemple", dit l'analyste Aurelian Dochia.
 
Cotidianul précise pour sa part que le ministre des Finances n'assume pas le document. "Il ne faut compter sur rien de ce que l'on y énonce. Ce sont des propositions plus anciennes, voire antérieures au programme de gouvernement, qui ont été présentées par erreur et qui ont été rendues publiques ultérieurement par les syndicats.
Le plan anti-crise sera rendu public après le 22 janvier, après des discussions avec tous les partenaires – banques, syndicats, hommes d'affaires, banque centrale", a déclaré le ministre des Finances, Gheorghe Pogea.
 
Le marché des constructions apaisera son rythme de croissance cet an à 9-10%, jusqu'à la valeur de 12,89 milliards d'euros, depuis une avance de 27,4% en 2008, si les projets du secteur du bâtiment ont du financement, écrit Romania libera, citant le président de l'Association roumaine des Entrepreneurs du Bâtiment, Laurentiu Plosceanu.
 
L'an dernier, le marché des constructions a ralenti son rythme de croissance, depuis 34% en 2007, et les estimations pour 2009 sont incertaines, selon M. Plosceanu.
"Il est difficile de faire des prévisions. J'aime croire qu'une croissance existera, mais cela dépend de l'existence du financement des travaux. Notre estimation est de 9-10%, mais elle est en fonction de l'existence du financement", a-t-il dit.
 
Les médias informent que, selon un rapport du bureau européen des statistiques Eurostat, la Roumanie a enregistré en 2007 la plus grande croissance de l'Union européenne (UE) quant au nombre de passagers aériens, de 41% plus qu'en 2006.
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.