Revue de presse (15 jan)

0
 
Les quotidiens bucarestois de jeudi (15 ian) présentent les récentes évolutions de la scène politique, ainsi qu'analyses, commentaires et informations du domaine économique-financier, les principaux sujets se référant à la proposition des banquiers de relâchement du crédit hypothécaire, aux paramètres de la construction du budget pour 2009, des perspectives du marché du travail, de la majoration du capital à la compagnie Ford Roumanie.
 
La Commission présidentielle d'analyse du régime politique et constitutionnel de Roumanie propose, dans le Rapport final rendu public mercredi, "l'élimination de la suspension de ses fonctions du chef de l'État". Selon la Commission présidentielle, les actuelles dispositions constitutionnelles en matière de suspension du chef de l'État "créént la prémisse double d'un blocage constitutionnel et d'une tension entre le vote du référendum et l'idée moderne de représentation", écrit Cotidianul dans l'article intitulé "Traian Basescu s'est commandé une nouvelle République".
 
Le sujet est abordé aussi dans le journal Ziua dans "La République Trajane", qui relève que les propositions de la Commission seront soumises au débat de la classe politique et de la société civile.
 
Les premières opinions de la société civile visant le Rapport sont publiées par le quotidien Adevarul. Ainsi, l'Institut pour des Politiques publiques a déclaré que la mesure visant la dissolution du Parlement par le président pouvait représenter "une arme dangereuse" dans les mains d'un chef d'État. La même position a été exprimée par les représentants du Centre de Ressources juridiques (CRJ).
 
"Je suis d'avis, moi aussi, que la Constitution doit être modifiée, mais il faudra le faire très attentivement pour ne pas arriver dans une situation pire qu'à présent", a affirmé Georgiana Iorgulescu, directeur exécutif au CRJ. L'Association Pro Democratia s'est limité à critiquer l'idée du régime monocaméral, écrit le journal mentionné.
 
Dans l'éditorial "Qui change la Constitution tombe victime à celle-ci" du quotidien Romania libera, Sabina Fati affirme que "dans un pays où les changements se passent seulement par la force et la modernisation a eu lieu sous le fouet occidental, il est difficile à croire que Basescu pourra faire à lui seul les moteurs démarrer.
 
Le président souhaite surtout une république semi-présidentielle claire dont il bénéficie éventuellement lors de son second mandat, autrement dit, avoir à sa portée les soi-disant mécanismes de règlement des conflits, qui lui permettraient, par exemple, de dissoudre le Parlement et déclencher des élections anticipées. Traian Basescu a vécu personnellement les dilemmes, les confusions de la Constitution roumaine.
 
La suspension de ses fonctions, réalisée par le Parlement à la limite de la loi, n'a été que l'une des aventures les plus palpitantes offertes par la Constitution. Mais la même Constitution a offert un parapluie contre le mauvais temps aux politiciens pénaux…"
 
"À moins de 30 jours depuis l'installation du gouvernement, le Parti social démocrate (PSD) et le Parti démocrate-libéral (PD-L) ont surmonté avec succès le premier conflit majeur et un ministère avec environ 120 000 salariés est resté sans titulaire", écrit Mircea Marian dans son éditorial du quotidien Evenimentul Zilei.
 
"Je ne voudrais pas être absurde et attendre que le ministre Pogea achève le projet du budget pour 2009 en 7 jours et prépare à la fois un programme anti-crise. Mais il est clair que l'élaboration du budget est bloquée par les disputes relatives à la désignation des futurs dignitaires.
 
Des ordonnateurs principaux de crédits existent encore, outre l'Intérieur, qui n'ont pas de directions. De plus, outre les conflits devenus publics, le PSD et le PD-L ont des malentendus sérieux visant les sommes qui seront allouées pour les enseignants ou pour les pensions", est-il dit dans l'éditorial mentionné.
 
Les banquiers et les solliciteurs de crédits bancaires attendent ce jeudi la décision du CA de la Banque nationale de Roumanie (BNR) visant la possibilité d'un degré accru d'endettement pour les crédits hypothécaires. Selon Cotidianul, les analystes immobiliers sont sceptiques qu'une relance du marché ait lieu par une mesure pareille.
 
D'autre part, on estime qu'un relâchement du crédit pourrait mener à une croissance du nombre de transactions, mais, même dans le cas où cette chose se passera, on ne parviendra plus à une croissance explosive des prix dans le secteur immobilier.
 
"Le début d'année sur le marché du travail de Roumanie annonce des perspectives assez sombres: le taux du chômage est en hausse, les sociétés licencient les salariés ou les envoient en chômage technique pour une période déterminée, mesure dissimulée parfois par "le besoin" des salariés d'avoir des vacances, informe Financiarul.
 
Selon le journal, les données communiquées par l'Agence nationale pour l'Emploi relèvent que, les premières semaines de ce janvier, 5 587 emplois étaient disponibles dans tout le pays, de 50% moins que la semaine qui a précédé les Fêtes d'hiver, les représentants de l'Agence affirmant que "ce sont les moins nombreuses offres d'emplois des 20 derniers ans".
D'autre part, ajoute le quotidien mentionné, dans les domaines du détail, de la TI, le rythme d'embauchage demeure élevé.
 
Le nombre des compagnies roumaines en état d'insolvabilité ou incapacité de paiement a crû l'an dernier à 14 483, de 74,5% plus que dans la période similaire de 2007, lorsque le nombre de celles-ci était de 8 297, informe Romania libera.
"C'est une preuve de plus de la crise dans laquelle on est déjà entré et qui deviendra plus difficile", affirme Matei Paun, partenaire à BAC Investment.
 
L'analyste économique estime également que la tendance de majoration du nombre de faillites se maintiendra au moins une année "sinon deux".
Le ministre des Finances construit le budget d'État pour 2009 selon de nouvelles prévisions économiques: croissance du PIB de 2,5%, déficit du budget de 2,5%, salaire moyen brut de 1 690 lei (soit 422 euros).
 
Selon le journal, les prévisions visant les principaux indices macroéconomiques sur la base desquels est construit le projet du budget ont changé 4 fois jusqu'à présent. Le seul indice inchangé est le taux de change, qui a été maintenu à 4 lei/euro.
 
Le capital de la compagnie Ford Roumanie a été majoré plus de 25 fois, depuis moins de 10 millions d'euros à presque 260 millions d'euros et les fonds nécessaires à la poursuite du plan d'investissements pour les usines auto de Craiova (sud) seront disponibles au compte dans 5 jours tout au plus, informe le quotidien Financiarul.
 
Citant des représentants de Ford Roumanie, le journal annonce que la société maintient ses engagements pour la fabrique de Craiova, qui prévoient un investissement de 675 millions d'euros pour la transformation de l'usine dans un centre de production automobile de dernière génération.
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.