Revue de presse (20 jan)

0
 
La cérémonie d'investiture du président des USA, Barack Obama, la désignation de Liviu Dragnea par le Conseil exécutif du Parti social démocrate (PSD) pour la fonction de ministre de l'Intérieur, les prévisions de la Commission européenne (CE) visant l'économie roumaine, la réunion du Conseil suprême de Défense du Pays (CSAT), l'achèvement du projet du budget d'État par les leaders de la coalition PSD-PD-L (Parti démocrate-libéral) sont les principaux sujets abordés par la plupart des quotidiens bucarestois de mardi.
 
"Barack Obama devient aujourd'hui le 44e présudent des USA, la cérémonie d'investiture du premier président afro-américain faisant venir à Washington un nombre record de 2 millions de visiteurs qui ont tenu à assister à ce moment historique", écrit Romania libera sous le titre "Changement historique à la Maison Blanche".
 
Le sujet est abordé par la plupart des quotidiens bucarestois, qui accordent d'amples espaces à cet événement. "L'intronisation de Obama" (Ziua), "Obama recommande la responsabilité pour apaiser l'euphorie planétaire" (Gândul), "La voie vers la Maison Blanche" (Evenimentul Zilei) sont quelques titres à ce sujet.
 
Dans l'article intitulé "La Roumanie sur l'agenda de Obama: entre inertie et indifférence", Romania libera écrit que, sous l'administration de Barack Obama, la relation stratégique entre les USA et la Roumanie fonctionnera, dans le plus heureux des cas, tout comme à l'époque de Bush. Certains analystes sont d'avis que la relation avec la Roumanie sera la dernière préoccupation de Obama.
 
Liviu Dragnea a été désigné à l'unanimité par les membres du Conseil exécutif du PSD pour la fonction de ministre de l'Intérieur, annoncent Romania libera et Cotidianul. Il remplace Gabriel Oprea, forcé par les leaders du PSD à démissionner.
Liviu Dragnea est le président su Conseil départemental de Teleorman (sud), vice-président du PSD et coordonnateur des ministres sociaux-démocrates du cabinet Boc.
 
Cotidianul précise que Liviu Dragnea a été nommé par le PSD ministre de l'Intérieur après que le président du parti, Mircea Geoana, s'était consulté avec le président Traian Basescu, qui devra donner son accord pour cette nomination.
 
Le Conseil suprême de Défense du Pays (CSAT), avec en tête le président Traian Basescu, se réunit ce mardi au Palais de Cotroceni (siège de l'Administration présidentielle), l'ordre du jour de la séance visant la conclusion de l'accord bilatéral entre le gouvernement roumain et le gouvernement irakien relatif au statut des forces et des moyens de l'armée roumaine dans la République d'Irak, annoncent Ziarul Financiar sous le titre "Geoana participe au CSAT aux côtés de Basescu" et Cotidianul sous le titre "La première séance du CSAT dans la nouvelle formule".
 
À la réunion du CSAT participera la première fois le président du Sénat, Mircea Geoana, , suite à l'adoption par l'exécutif de l'ordonnance qui permet au chef du Sénat de participer aux travaux du CSAT comme vice-président.
"La Commission européenne (CE) a publié les unes des plus pessimistes prévisions pour l'économie roumaine", informent Financiarul et Business Standard. Selon les prévisions de la CE, publiées lundi, la Roumanie pourrait enregistrer ce an un déficit du budget de 7,5% du PIB.
 
"Le rythme de croissance du PIB a été révisé sévèrement et les attentes visant le déficit du budget sont quelques fois plus grandes que celles annoncées par les officiels roumains. Bien que les chiffres officiels ne fussent pas encore publiés, la CE dit que le déficit du budget de l'an dernier a atteint 5,25% du PIB, pouvant se situer cet an même à 7,5% du PIB", écrit Financiarul.
 
Pour 2010, la CE estime que le déficit public continuera à croître, pouvant atteindre 7,9% du PIB en 2010. Dans ces conditions, la CE considère que l'État roumain devrait emprunter massivement, ce qui mènera à une avance significative de la dette publique, jusqu'à 21,1% du PIB en 2009 et à 26,8% l'an prochain, contre 15,2% l'an dernier.
Les leaders du PD-L et du PSD ont convenu que le projet du budget soit finalisé dans une semaine, celui-ci devant être débattu d'urgence au Parlement, informe Romania libera.
 
Le ministre de l'Économie, Adriean Videanu, a déclaré lundi, à l'issue de la réunion du Bureau permanent national du PD-L, que le projet du budget d'État pourrait être débattu dans une session parlementaire extraordinaire, mais que cela dépendait du "calendrier des décisions politiques". M. Videanu a affirmé que l'une des priorités de la construction du budget pour cet an était la protection des catégories sociales vulnérables, des personnes à petits revenus, n'excluant pas la variante de l'introduction de la pension minime garantie.
 
L'ancien ministre des Finances, Ionut Popescu, a été nommé conseiller personnel du Premier ministre Emil Boc pour des questions économiques, écrit Business Standard. Le nom de l'ancien sénateur du PD-L a été véhiculé aussi comme variante pour le poste de porte-parole du gouvernement, fonction qui n'a pas encore été occupée. Le Premier Emil Boc a également désigné, la semaine passée, plusieurs conseillers dans le cadre de la chancellerie.
 
Auchan a repris entièrement ses magasins de Roumanie, informent Financiarul et Business Standard. Le groupe français Auchan a acheté un paquet de 51% des actions de la compagnie MGV Distri-Hiper, qui administre les hypermarchés Auchan de Roumanie, contrôlant ainsi tout le capital de la société, selon l'annonce faite par le détaillant.
 
"Le groupe Auchan annonce aujourd'hui l'achat de 51% de la société MGV Distri-Hiper, transaction suite à laquelle il détient 100% du capital. MGV Distri-Hiper a été fondée le 17 mai 2005 pour créer et exploiter des magasins Auchan de Roumanie. Le partenariat entre divers actionnaires prévoyait dès la création la majoration de la participation de Auchan au capital de la société", est-il dit dans un communiqué de Auchan.
 
Les produits alimentaires importés pourraient être plus chers dans la prochaine période, de 20-30%, suite à la dépréciation du leu, et ceux de la production nationale pourraient enregistrer aussi une croissance des prix, déterminée par l'avance des tarifs de l'énergie, selon les syndicats de l'agriculture et de l'industrie alimentaire, informe Business Standard.
 
"L'euro a atteint 4,2-4,3 lei, alors qu'en décembre dernier les prix des aliments ont été calculés en euros à un taux de change de 3,2-3,3 lei. On s'attend à ce que les prix augmentent. Nous estimons qu'aux produits importés, à savoir viande, fruits et légumes, les prix croîtront de 20-30%, en fonction de la fluctuation leu-euro.
 
Les prix des produits de la production interne pourraient augmenter eux aussi de 15-20% suite à l'évolution des tarifs des services", a déclaré à Business Standard le président de la Fédération nationale des Producteurs agricoles de Roumanie, Viorel Matei.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.