Les autorités de Bucarest et Chisinau espèrent résoudre les problèmes juridiques bilatéraux

0
 
Le ministre roumain des Affaires étrangères, Cristian Diaconescu, et son homologue moldave, Andrei Stratan, se disent sûrs que les problèmes relevant du cadre juridique entre les deux États seront résolus prochainement.
 
"On est à présent dans la situation de pouvoir évaluer et dynamiser le dialogue dans tous les plans, y compris le cadre juridique bilatéral entre la Roumanie et la République de Moldavie", a déclaré à Chisinau le chef de la diplomatie roumaine à une conférence de presse conjointe avec Andrei Stratan.
 
Selon M. Diaconescu, les délégations des deux pays, les équipes de négociateurs recevront le signal nécessaire, dans le sens d'analyser le stade actuel des négociations, les opportunités pour l'achèvement aussi rapide que possible des discussions dans tous les segments de négociation.
 
"Je crois que, dans un esprit de bonne foi, avec l'intention de servir l'intérêt national des deux pays et esprit de coopération, comme a résulté des entretiens de ce matin, des solutions seront découvertes pour les problèmes en discussion", a relevé le ministre roumain.
 
Le cadre juridique entre les deux États est considéré aussi un élément de confiance, a mentionné Cristian Diaconescu. De ce point de vue, estime-t-il, le problème d'imposer quelque solution par une partie ou autre ne se pose pas, ce qui prévaut est l'esprit de négociation et le désir de parvenir à un compromis qui ouvre les relations bilatérales.
 
"De ce point de vue, nous estimons que, dans la prochaine période, des progrès seront enregistrés quant à tout le cadre juridique dans les relations entre les deux États", a-t-il ajouté.
 
M. Diaconescu a nié que les autorités de Chisinau conditionneraient la signature de la Convention visant le petit trafic de frontière du Traité de base et de l'Accord de frontière.
"Les entretiens de Chisinau n'ont pas mis en évidence quelque conditionnement vis-à-vis de la conclusion d'un accord par un autre accord", a déclaré le ministre roumain.
 
"Personne n'est prêt à enregistré quelque blocage dans un domaine ou autre. Nous avons beaucoup de projets, surtout de nature économique et géostratégique, que nous voulons mettre en place. Toute la disponibilité existe d'éliminer des négociations les questions qui pourraient, pour une certaine période de temps, nous empêcher dans le développement stratégique", a relevé le chef de la diplomatie roumaine.
 
Andrei Stratan a réitéré pour sa part le souhait de Chisinau d'aborder la question de la signature de la Convention dans le contexte de la signature des deux traités. "Les sujets visant le régime de franchissement de la frontière et les projets communautaires seront examinés dans leur contexte, avec les sujets qui relèvent du Traité de partenariat et coopération avec la Roumanie et le régime de franchissement de la frontière entre les deux pays", a-t-il affirmé.
 
Selon lui, les équipes de négociateurs sont prêtes à reprendre les négociations sur ces sujets, "très importants pour les deux États". "Les problèmes sont très importants et j'espère trouver la solution et le dénominateur commun compte tenu des intérêts des deux parties relativement à ces documents", a déclaré M. Stratan.
 
"C'était une période de négociations et visites, tant à Bucarest qu'à Chisinau, pour pouvoir constater aujourd'hui que, pratiquement, les deux projets de traités, au niveau des ministères des AE, ont été négociés et discutés. Peu de parenthèses existent encore en marge de ces documents", a ajouté le ministre moldave.
 
Le ministre roumain des Affaires étrangères, Cristian Diaconescu, effectue une visite de travail à Chisinau, lors de laquelle il a eu des entretiens avec son homologue moldave, Andrei Stratan, et le président de la République de Moldavie, Vladimir Voronin.
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.