Revue de presse (23 jan)

0
 
L'investiture du président des USA, Barack Obama, le scandale des interceptions téléphoniques, les déclarations du ministre de l'Agriculture sur la situation dans ce domaine, la dépréciation de la monnaie nationale et la possibilité d'une intervention de la banque centrale, le licenciement de salariés du secteur public, la crise des médicaments, la recherche de financements alternatifs par les compagnies, l'échec de la sélection roumaine messieurs de handball aux Championnats du Monde comptent parmi les principaux sujets abordés par les quotidiens bucarestois de vendredi.
 
Dans l'article "Obama au moment Hossana", signé dans Evenimentul Zilei par Mircea Cartarescu sur l'installation de Barack Obama à la Maison Blanche, il est dit: "Barck Obama se ressemble à un enfant sans parents, étonné de ce qui lui arrive; la nouvelle star mondiale semble représenter, pour des milliards de gens, le nouveau Messie. Son message de fraternité universelle est reçu avec enthousiasme dans les palais et les huttes, dans les mosquées et les synagogues.
 
Les cérémonies et les processions organisées à son investiture se ressemblent à l'entrée de Jésus en Jérusalem, chevauchant un âne, dans les cris "Hossana!" de la foule, qui pose des branches de palmier à ses pieds. On s'attend du nouveau prophète à ce qu'il guérisse tous les maux accumulés sur notre planète apparemment si prospère, ainsi que la réponse à toutes les questions."
 
"De l'intelligence et de l'éducation en Amérique" est intitulé l'article de l'analyste Rodica Culcer de Evenimentul Zilei, dans lequel celle-ci remarque le fait que "le principal événement de cette semaine n'a pas eu lieu à Bucarest, mais à Washington, et il s'agit de l'investiture de Barack Obama comme président des États-Unis". Selon l'article, "la victoire de Obama a été, entre autres, mais pas en dernier lieu, le résultat d'une révolte des Américains contre la suffisance, le demi-dogmatisme politique et l'anti-intellectualisme patent de l'administration Bush".
 
Rodica Culcer se demande: "Est-ce que tout cela a quelque liaison avec notre pays? Certainement pas. En Roumanie aussi existe une faim de substance intellectuelle; assez de Roumains existent qui sentent que le pays est en dérive parce qu'il est bloqué dans la médiocrité. La nausée envers la classe politique a ses origines aussi dans l'exaspération envers son manque de culture et de vision sur le bien national".
 
Le scandale des interceptions téléphoniques, provoqué par les affirmations de l'ex-directeur du Service d'Informations extérieures (SIE), Claudiu Saftoiu, continue d'être abordé par les journaux bucarestois de ce vendredi. "Le scandale Saftoiu évolue depuis interceptions au paquet visant la sécurité nationale", écrit Romania libera.
 
"Le sénateur de l'UDMR (Union démocratique magyare de Roumanie, opposition), Gyorgy Frunda, a profité du contexte des controverses provoquées par les déclarations de Claudiu Saftoiu et a dit qu'on lui avait enregistré des conversations téléphoniques à des sujets politiques. Divers personnages politiques reprennent le sujet relatif à tout le paquet législatif visant la sécurité nationale", écrit le journal mentionné.
 
"Sârbu: L'agriculture, au seuil du désastre", titre le quotidien économique Business Standard. Selon l'article, "le ministre de l'Agriculture, Ilie Sârbu, a déclaré hier que la situation de l'agriculture était au seuil du désastre en raison du fait que des fonds européens n'avaient pas été drainés et a averti les employés du ministère qu'ils n'avaient pas accompli leurs charges, même s'ils avaient de grands salaires".
 
"La monnaie nationale ne cesse de chuter", écrit le quotidien Adevarul. "La dépréciation du leu est expliquée tant par la tendance régionale manifestée dans le contexte de l'aversion des investisseurs envers le risque, que des déséquilibres de l'économie roumaine.
"Les principales causes de la dépréciation sont la tendance régionale, ainsi que les vulnérabilités macro-économiques locales – le déficit du compte courant, auquel s'est ajouté le déficit budgétaire", a expliqué Lucian Anghel, économiste en chef de la Banque commerciale roumaine (BCR). Les analystes de ING estiment que, les prochains trimestres, 1 euro vaudra 4,7 lei, ce niveau pouvant même être dépassé.
 
"Est-ce que la BNR (Banque nationale de Roumanie) s'apprête à intervenir massivement pour apaiser le taux de change?", se demande Business Standard. "La troisième séance d'affilée, le taux de change de référence affiché par la BNR a enregistré des niveaux record, étant coté à 4,3127 lei/euro. Les analystes du marché financier affirment qu'on se trouve déjà à un taux de change sur-apprécié et dangereux pour l'économie", est-il dit dans le journal mentionné.
 
"La priorité du gouvernement doit être le budget et pas un crédit extérieur", affirme Juan Fernandez-Ansola, représentant du FMI en Roumanie et Bulgarie, cité par Business Standard.
 
"On commence à décimer les salariés de luxe du secteur public", écrit Adevarul. Ainsi, "le corps des employés des ministères et les syndicats se sont enflammés en apprenant que 20% des salariés du secteur public seront licenciés. Les fonctionnaires de l'administration centrale comptent parmi les salariés le mieux payés de Roumanie". Le journal rappelle que, "les huit derniers ans, les coûts de la main d'oeuvre de l'administration publique ont crû plus de sept fois".
 
"Les pharmacies restent sans médicaments", informe Adevarul. "Les négociations entre les distributeurs et les représentants du ministère de la Santé prolongent l'agonie des malades, qui se voient obliger à chercher d'une pharmacie à l'autre les médicaments dont ils ont besoin".
 
"Les compagnies commencent à chercher des financements alternatifs", relève Ziarul Financiar. "Les compagnies arriveront à chercher des financements de sources alternatives dont les fonds privés d'investissements si les banques continuent d'avoir des réserves quant à l'octroi de crédits, disent les conseils financiers", relève le quotidien.
 
Gazeta Sporturilor informe de l'échec de la sélection roumaine de handball messieurs au tournoi final des Championnats du Monde (la première participation après une pause de 14 ans). "La sélection roumaine a claqué dans le match décisif pour la qualification aux groupes principaux. Un scénario qui se répète déjà de manière obsédante dans les matches importants".
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.