Revue de presse (27 jan)

0
 
Les significations du retour du FMI en Roumanie, l'envoi de presque 150 000 personnes en chômage partiel, la baisse sévère des exportations, les prévisions du groupe autrichien Erste Bank visant l'économie de la Roumanie, les difficultés liées au paiement du leasing, les priorités de la ministre de l'Enseignement comptent parmi les sujets les plus importants abordés par les quotidiens bucarestois de mardi.
 
"Le retour du FMI – expression d'un échec de gestion" est intitulé l'article de l'analyste économique Ilie Serbanescu de Jurnalul National. Selon lui, "seulement 3 ans se sont écoulés depuis que le cabinet Tariceanu renonçait au FMI, estimant que la Roumanie n'avait plus besoin de l'assistance financière de l'organisation, de l'expertise et des recommandations de celle-ci".
 
"Le renoncement" a été salué par plusieurs analystes dont moi-même, pour la raison réelle que les recettes du FMI savent apporter de l'équilibre dans l'économie par des restreintes, mais ne s'attachent pas à promouvoir aussi le développement économique. Mais il était inimaginable alors que, après seulement 3-4 ans, la Roumanie se verra de nouveau dans la situation de recourir au FMI.
 
C'est un exemple parfait de gestion lamentable de l'économie dans cette période. C'est en quelque sorte l'échec le plus retentissant et péremptoire de toute la période d'après 1989, parce que le retour du FMI n'intervient pas après une chute de l'économie, mais après une croissance de celle-ci".
 
"Le PSD accuse le PD-L de lui avoir volé de l'argent et des fonctions", écrit Cotidianul. "Les tensions de la coalition au pouvoir sont prêtes à exploser. Le PD-L (Parti démocrate-libéral – ndlr) a gonflé les budgets de ses ministères, le PSD (Parti social démocrate – ndlr) ne reçoit pas d'argent pour l'Éducation, la Santé et les pensions. De plus, Emil Boc refuse de nommer les secrétaires d'État du PSD et sollicite la renégociation du protocole de gouvernement et des majorités locales", affirme le quotidien cité.
 
"150 000 Roumains ont été envoyés en chômage partiel", annonce le quotidien Adevarul. "Presque 150 000 Roumains, salariés de l'industrie automobile – aux usines Dacia ou aux fournisseurs du constructeur auto du pays – ont été envoyés hier en chômage partiel et ne reviendront pas à leurs emplois avant le 9 février, a déclaré Ion Iordache, vice-président du Syndicat Automobile Dacia.
 
C'est la première fois que les fournisseurs d'équipements Dacia soient frappés directement par la crise financière que le constructeur auto traverse et cessent le travail pendant toute la période du chômage technique installé à Dacia", informe le quotidien cité.
 
"Les exportations reculent dramatiquement", écrit Romania libera. "L'absence des contrats avec les partenaires et le déclin des industries auto et métallurgique ont détérioré les exportations de la Roumanie les deux derniers mois de 2008 et le début de cet an annonce une possible diminution à la moitié des affaires des exportations au premier trimestre de 2009. La chute des exportations déclenchera en chaîne la fermeture des fabriques, du chômage et mettra de la pression sur le leu (monnaie nationale – ndlr)", est-il dit dans le journal mentionné.
 
"Le chômage s'élargit plus rapidement en Roumanie" est le titre d'un article de Romania libera. Ainsi, "le nombre de chômeurs avancera de 13% au monde et de 25% en Roumanie. Le taux du chômage a crû en décembre dernier avec une vitesse record pour les 7 derniers ans".
 
"Erste estime que la Roumanie aura la crise la plus facile de l'Est", écrit le quotidien économique Business Standard. "L'économie de la Roumanie pourrait enregistrer cet an une avance de 4%, selon les estimations de Erste bank. C'est la prévision la plus optimiste, dépassant même les chiffres avancés par le gouvernement roumain, de 2,5%. Pour l'an prochain, la banque autrichienne prévoit une croissance de 5,4% du PIB de Roumanie".
 
Le leasing est toujours plus difficile à payer", affirme un article paru dans le journal Ziua. "Un nombre toujours croissant de Roumains a des problèmes quant au paiement des tranches aux produits achetés en leasing. Les représentants du domaine soutiennent que le nombre de ceux-ci a avancé de manière spectaculaire et la situation serait encore plus dramatique si les sociétés de leasing ne cherchaient pas de solutions de concert avec les clients.
 
Dans certains cas, on parvient à des périodes de grâce de quelques mois", informe le quotidien Ziua. Des sources du domaine relèvent que "le nombre de ceux qui ne peuvent plus payer les tranches au leasing a atteint 5%, contre seulement 0,2% ces derniers ans. Dans la plupart des cas, la solution des sociétés de leasing est de diminuer les coûts et d'offrir des périodes de grâce, autrement elles risquent de récupérer les biens et ne pas avoir à qui les vendre".
 
"Des critères de performance pour les enseignants sont nécessaires", a déclaré la ministre de l'Éducation, Ecaterina Andronescu, dans une interview à Adevarul. Selon le quotidien, "Ecaterina Andronescu a établi les priorités de son mandat. Parmi celles-ci compte l'introduction des critères de performance dans l'éducation, parallèlement à l'augmentation des salaires".
loading...
Citește și

Spune ce crezi

Adresa de email nu va fi publicata

Acest sit folosește Akismet pentru a reduce spamul. Află cum sunt procesate datele comentariilor tale.